Domaine de recherche

Navigation




Poussières fines

Vergleich Haar und Feinstaub

Agrandir l'image Source : www.greenfacts.org

De quoi s’agit-il ?

Comme leur nom l’indique, les poussières fines sont des particules très fines, dont le diamètre est inférieur à un centième de millimètre. Leur taille est déterminée sur la base de leur « diamètre aérodynamique ». Le diamètre de ces particules permet de distinguer les PM10 des PM2,5 (10 et 2,5 désignant la taille en micromètres). Sachant que 1000 micromètres correspondent à 1 millimètre, les particules fines sont extrêmement petites et invisibles à l’œil nu.

De minuscules particules

Le diamètre moyen d’un cheveu humain est de 60 μm, soit 0,06 mm (en gris sur le schéma ci-contre). Avec un diamètre aérodynamique ≤10 μm (0,01 mm), les particules PM10 (en jaune sur le schéma ci-contre) sont environ six fois plus petites qu’un cheveu.

Quels sont les différents types de poussières fines ?

Les particules primaires sont rejetées directement dans l’atmosphère par des processus de combustion, de frottements (trafic routier et ferroviaire), de mise en suspension des poussières ou par des sources naturelles (pollens, spores fongiques, etc.)

Les particules secondaires sont formées quant à elles à partir de polluants précurseurs lors de réactions chimiques et physiques. Outre les composés organiques volatils, le dioxyde de soufre, les oxydes d’azote et l’ammoniac font également partie de ces précurseurs.

Pollution saisonnière due aux poussières fines

Les épisodes de pollution dus aux poussières fines surviennent principalement en hiver en raison des situations dites d’inversion. La masse d’air froid située près du sol est piégée par une couche d’air chaud qui empêche la circulation de l’air du bas vers le haut. Il se forme alors en altitude une couche de brouillard sous laquelle s’accumulent les polluants atmosphériques. De plus, il faut augmenter le chauffage en raison des basses températures, ce qui produit encore plus de poussières fines. Lorsque les concentrations sont très élevées, on parle de smog hivernal.

Poussières fines et valeurs limites

Les concentrations de poussières fines ont considérablement diminué depuis le début des mesures dans les années 1990. Depuis 2012, les concentrations annuelles moyennes de PM10 sont inférieures à la valeur limite de 20 μg/m3.

Les mois d’hiver 2018 resteront dans les annales puisqu’aucune phase de smog n’a été enregistrée. Les principaux axes de circulation restent toutefois très pollués.

Les illustrations ci-dessus montrent comment les concentrations de poussières fines ont diminué dans les cantons de Suisse du nord-ouest (Argovie, Bâle-Ville, Bâle-Campagne, Berne, Jura et Soleure). Les zones jaunes et orange indiquent un dépassement de la valeur limite annuelle de 20 μg/m3. Sur les surfaces figurant en bleu et en vert, la limite annuelle a été respectée, tandis que dans les zones représentées en rouge et en violet, cette valeur a été largement dépassée.

Principales sources

Les principales sources d’émission de poussières fines sont le trafic motorisé, l’industrie et l’artisanat, l’agriculture et la sylviculture, les installations de combustion alimentées au bois et les ménages (produits de nettoyage et produits cosmétiques).

Les poussières fines en Suisse

 

Sources d’émissions de PM2,5 en 2016, soumission 2018, hors feux de forêt

Agrandir l'image Sources d’émissions de PM2,5 en 2016, soumission 2018, hors feux de forêt

Les poussières fines en Suisse

Emissions de poussières fines durant l’année 2016

Poussières fines PM2,5

Les principales émissions de PM2,5 sont générées par les installations de combustion alimentées au bois, aussi bien dans les ménages que dans les secteurs de l’industrie et de l’artisanat. Le trafic routier individuel est lui aussi à l’origine d’une grande partie de ces émissions.

A l’intérieur, cuisiner ou utiliser des cheminées, des poêles suédois et des bougies entraîne également une augmentation de la concentration de poussières fines.

Sources d’émissions de PM10 en 2010, soumission 2014

Agrandir l'image Sources d’émissions de PM10 en 2010, soumission 2014

Poussières fines PM10 

Les PM10 proviennent essentiellement de l’agriculture et de la sylviculture ainsi que du trafic routier individuel.

Poussières fines et santé

Poussières fines et voies respiratoires

La nocivité des poussières fines pour les êtres humains, les animaux et l’environnement est avérée. Comme les particules fines ne sont pas rondes mais fissurées, d’autres polluants peuvent s’y fixer. Lorsque des substances toxiques telles que la suie viennent s’accrocher à elles, les particules peuvent avoir un effet cancérigène.

Plus les particules sont petites, plus elles parviennent à pénétrer loin dans l’organisme. Tandis que les PM10 restent bloquées dans les muqueuses du nez et de la gorge, les PM2,5 arrivent quant à elles à accéder aux bronchioles. Les particules les plus petites parviennent à pénétrer dans le sang via les  alvéoles pulmonaires et sont ainsi transportées à travers le corps avant d’être déposées à divers endroits, et notamment dans le cerveau, comme cela a été prouvé.

Autres répercussions sur la santé

Les personnes qui sont fréquemment exposées à des poussières fines pendant de courtes durées peuvent développer des maladies aiguës. En cas d’exposition durable à des concentrations élevées de poussières fines, des maladies chroniques peuvent également apparaître.

Affections aiguës

  • Symptômes aigus au niveau des voies respiratoires (toux, expectoration, insuffisance respiratoire, etc.)

  • Bronchite, asthme et troubles du rythme cardiaque

  • Problèmes au niveau des voies respiratoires et troubles cardio-vasculaires

Affections chroniques

  • Affections chroniques des voies respiratoires telles que l’asthme ou la BPCO (bronchite chronique)

  • Détérioration chronique des fonctions pulmonaires, réduction du développement des poumons chez les enfants

  • Maladies cardiovasculaires chroniques telles que l’athérosclérose ou l’hypertension

  • Cancer du poumon

  • Décès prématurés en raison de maladies des voies respiratoires et de maladies cardiovasculaires et partant, réduction de l’espérance de vie

  • Démence

Nature 

Les poussières fines sont également nocives pour les plantes. Lorsque ces particules viennent s’accumuler sur les feuilles, elles font obstacle à la photosynthèse. En se déposant sur la face inférieure des plantes, les particules fines bloquent l’ouverture des stomates et empêchent les échanges de gaz et d’eau entre les plantes et leur environnement. Les plantes respirent donc moins bien et produisent moins d’énergie.

Nota bene

Vous trouverez de plus amples informations sous les liens suivants :


Informations supplémentaires



Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.vol.be.ch/vol/fr/index/umwelt/luftreinhaltung/das-wichtigste-in-kuerze/feinstaub.html