Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Pêche dans la Kander

Le tronçon supérieur de la Kander portant le code 130 commence dans le Gasterntal et finit à Frutigen. Il est suivi par le tronçon 131 jusqu’à l’embouchure dans le lac de Thoune.

La Kander, du Gasterntal jusqu’à Frutigen (130)

Ce tronçon (code 130) commence à une altitude de 1540 m et s’étend sur une longueur de 17 km jusqu’à Frutigen, à 754 m d’altitude. La largeur moyenne du cours d’eau est de 11,7 m.

La Kander traverse les fonds de vallées de Kandersteg et de Kandergrund, deux vallées marquées par l’agriculture de montagne, avec des maisons dispersées dans le paysage. Entre les deux se trouve un secteur à forte pente, en grande partie boisé, qui n’a presque pas été corrigé. Dans les fonds de vallées, par contre, les rives ont en partie subi des corrections en dur. Les pics de débit s’observent généralement durant les mois de juin à août. La dynamique des sédiments est légèrement perturbée par l’exploitation hydroélectrique et par des extractions locales de sédiments.

Espèces de poissons

Dans ce tronçon de la Kander, on capture presque exclusivement des truites de rivière et quelques truites arc-en-ciel isolées. On recherche les truites avec toutes les méthodes habituellement employées dans les ruisseaux de montagne.

Techniques de pêche

La pêche au toc et au lancer sont les techniques les plus fréquemment employées. Pour la pêche au toc, les appâts sont généralement des vers ou des teignes. Au lancer, les petites cuillers tournantes s’imposent. 

La Kander, de Frutigen jusqu’au lac de Thoune (131)

Ce tronçon de la Kander (code 131) commence à Frutigen et finit à l’embouchure dans le lac de Thoune, à 559 m d’altitude. La longueur du tronçon est de 13,5 km et la largeur moyenne de 21,5 m.

Dans la partie supérieure du tronçon, la rivière a vu son cours rectifié et comporte des corrections en dur de son lit et des berges, alors que sa partie inférieure, profondément encaissée, présente surtout des corrections locales. Dans la partie inférieure du Kandertal, la Kander est en majeure partie entourée d’anciennes forêts alluviales. Les pics de débit s’observent généralement durant les mois de juin et juillet. La dynamique des sédiments n’est que très peu perturbée. En amont de la confluence avec la Simme se trouve un court tronçon à débit résiduel.

Espèces de poissons

Dans ce tronçon de la Kander, on capture presque exclusivement des truites de rivière, mais aussi quelques ombres et barbeaux isolés (depuis l’installation d’une échelle à poissons au barrage hydroélectrique de Selve sur l’Aar près de Thoune). On les pêche avec toutes les méthodes habituellement employées dans les ruisseaux de montagne.

Ce tronçon de la Kander a la particularité de servir à la remontée des truites de lac à partir du lac de Thoune. On y capture d’ailleurs régulièrement de gros spécimens. Les truites de lac capturées en rivière doivent être inscrites comme truites de rivière dans les carnets de contrôle destinés aux statistiques.

Pour garantir la reproduction de ces truites de lac, qui remontent la rivière en automne, il est particulièrement important de respecter une « fenêtre de capture » qui, durant le mois de septembre, n’autorise que la conservation des truites mesurant entre 24 et 45 cm. Le pêcheur qui désire conserver une grosse truite de lac devra donc la rechercher au printemps, dès le début de la saison.

Techniques de pêche

La pêche au flotteur et la pêche au lancer sont les techniques les plus fréquemment employées. Pour la pêche au flotteur, on emploie généralement des vers ou des teignes comme appâts. Au lancer, les petites cuillers tournantes et surtout les poissons morts sur monture sont très utilisés.


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.vol.be.ch/vol/fr/index/natur/fischerei/angelfischerei/pachtgewaesser/kander.html