Domaine de recherche

Navigation




Pêche dans l'Emme

Avec une longueur de 65 km sur le sol bernois, l’Emme est la plus longue rivière du canton après l’Aar. En raison de sa longueur et de son caractère très changeant, cette rivière est aussi belle que productive ; elle a été subdivisée en quatre tronçons différents.

Le tronçon le plus en amont porte le code 250 ; il commence à l’embouchure du Bärselbach pour finir à Eggiwil. Il est suivi par le tronçon 251 (jusqu'à Emmenmatt) et le tronçon 252 (jusqu'à Berthoud). Le tronçon 253 correspond au cours inférieur de l'Emme, depuis Berthoud jusqu'à la frontière Berne/Soleure.

Comme les périodes alimentaires sont plus courtes dans le cours supérieur, les truites de rivière y croissent nettement plus lentement. C’est la raison pour laquelle une taille minimale de capture inférieure a été fixée dans cette partie de la rivière.

L’Emme depuis le Bärselbach jusqu’à Eggiwil (250)

Le tronçon le plus amont où l’on peut pêcher avec le permis bernois commence à l’embouchure du Bärselbach, à 1033 m d’altitude, et finit à Eggiwil, à 745 m d’altitude.

Dans sa partie supérieure, cette rivière préalpine est bordée de quelques zones forestières et de surfaces consacrées à l’agriculture de montagne. La moitié inférieure du tronçon est marquée par le Räbloch, un ravin étroit et inaccessible, qui entaille profondément la Nagelfluh (roche détritique). Alors que le cours supérieur, pourtant très proche de l’état naturel, comporte quelques corrections en dur des berges et de son lit, le Räbloch n’a quant à lui pas subi d’influence humaine. La longueur de ce premier tronçon s’élève à 19,2 km, pour une largeur moyenne de 10,7 m. Les pics de débit s’observent généralement durant les mois d’avril et mai. La dynamique de sédimentation n’est que peu influencée par la rétention de sédiments dans les ruisseaux latéraux.

Espèces de poissons et techniques de pêche

Dans ce tronçon s’étendant de Bäarselbach à Eggiwil, on ne capture pratiquement que des truites de rivière. Comme dans beaucoup d’autres ruisseaux, on les pêche la plupart du temps au ver, avec ou sans flotteur. Par eau claire, la pêche au flotteur avec des teignes est également très appréciée.

Il existe aussi des parcours qui conviennent remarquablement à la pêche à la mouche, en particulier dans la région de Schangnau. La meilleure saison pour la pêche à la mouche sèche se situe entre juin et août. En été, par eau claire, le pêcheur doit faire preuve de beaucoup de discrétion, surtout dans les secteurs calmes : les truites sont très craintives et seule la pêche précautionneuse vers l’amont peut donner de bons résultats.

L’Emme depuis Eggiwil jusqu’à Emmenmatt (251)

Depuis Eggiwil jusqu’à l’embouchure de l’Ilfis à Emmenmatt, à 643 m d’altitude, l’Emme s’écoule sur une distance de 11,8 km avec une largeur moyenne de 14,6 m. Dans la vallée en amont d’Eggiwil, l’Emme est surtout bordée par des surfaces agricoles et quelques minces restes de forêts alluviales. A l’exception de quelques courts secteurs très proches de l’état naturel, la rivière est corrigée sur tout le tronçon au moyen de barrières transversales et d’ouvrages de consolidation des berges. Les pics de débit s’observent généralement durant les mois d’avril et mai. La rivière ne souffre pas seulement d’une dynamique de sédimentation perturbée, mais subit également l’influence d’un important captage d’eau potable.

Espèces de poissons et techniques de pêche

Dans ce tronçon de l’Emme s’étendant d’Eggiwil à Emmenmatt, on ne pêche pratiquement que des truites de rivière. De temps à autre, une truite arc-en-ciel se fait également prendre.

Les truites sont en majorité capturées au flotteur, avec des vers, des teignes et des nymphes comme appâts. Lorsque l’eau est légèrement troublée, la pêche à la cuiller peut s’avérer très efficace dans certains secteurs.

L’Emme depuis Emmenmatt jusqu’à Berthoud (252)

Le tronçon d’Emmenmatt à Berthoud (535 m d’altitude), d’une longueur de 17,7 km et d’une largeur moyenne de 28,6 m, est le plus productif de toute l’Emme. Sur la quasi totalité du tronçon, la rivière est bordée d’une étroite bande d’anciennes forêts alluviales qui n’ont cependant presque plus de lien direct avec le cours d’eau en raison de la forte érosion de son lit.. Le cours de la rivière a été rectifié sur toute la longueur du tronçon et doté de barrières transversales et d’ouvrages de consolidation des berges. Les pointes de débit s’observent généralement durant les mois d’avril et mai. Le cycle de sédimentation présente certes encore une certaine dynamique, mais on constate un déficit de gravier net. L’ensemble du tronçon subit l’influence des prélèvements d’eau (en partie de faible importance).

Espèces de poissons et techniques de pêche

Comme dans le secteur 251, on ne capture pratiquement que des truites de rivière et quelques truites arc-en-ciel isolées dans ce tronçon de l’Emme.

Les truites sont en majorité capturées au flotteur. Les vers, les teignes et surtout les nymphes sont les appâts préférés des pêcheurs. Lorsque l’eau est légèrement troublée, la pêche à la cuiller ou au poisson mort sur monture peut s’avérer très efficace.

Les pêcheurs à la mouche qui ne veulent pas perdre une occasion de faire une belle prise pêchent soit au streamer au printemps, soit à la mouche noyée lorsque les premières eaux de fonte arrivent. La technique consistant à pêcher vers l’amont, dans les contre-courants, avec une soie intermédiaire (ou une vieille soie sèche), un bas de ligne plongeant et une mouche noyée, s’est avérée terriblement efficace. La Gordon Quill, de préférence montée sur un hameçon n° 8, est le modèle favori des spécialistes de cette technique.

L’Emme depuis Berthoud jusqu’à la frontière avec le canton de Soleure (253)

Le dernier tronçon de l’Emme où l’on peut pêcher avec le permis bernois finit à la frontière avec le canton de Soleure, à 452 m d’altitude. Sa longueur est de 16,4 km et sa largeur moyenne de 19,1 m. Sur la quasi totalité du tronçon, la rivière est bordée par une étroite bande d’anciennes forêts alluviales qui n’ont cependant presque plus de lien direct avec le cours d’eau en raison de la forte érosion de son lit. Sur une courte partie du tronçon, les environs de la rivière présentent des zones d'habitat (Berthoud) et des installations hydroélectriques.

Le cours de l’Emme a été rectifié sur toute la longueur du tronçon et doté de barrières transversales et d’ouvrages de consolidation des berges. L’Emme n’a été localement élargie qu’à l’endroit nommé Emme « Bire », où l’on a fait œuvre pionnière en donnant de nouveau à la rivière la possibilité de déposer du gravier et de former des bords en pente douce. Les pics de débit s’observent généralement durant les mois de février à avril. Le cycle de sédimentation présente certes encore une certaine dynamique, mais on constate un déficit de gravier net. L’ensemble du tronçon est fortement influencé par les prélèvements d’eau.

Espèces de poissons et techniques de pêche

Dans ce tronçon de l’Emme Bire situé en aval de Kirchberg, on capture environ un tiers de truites arc-en-ciel en plus des truites de rivière.

Les truites sont le plus souvent prises au flotteur, avec des vers, des teignes ou des nymphes comme appâts. Comme dans les tronçons précédents, on peut également pêcher efficacement à la cuiller ou au poisson mort manié.

Nota bene

 

L'Ilfis et l’Emme sont les seuls cours d’eau où la pêche est interdite dès la mi-septembre.

L'Emme depuis le Bärselbach jusqu'à Eggiwil (250)

L'Emme depuis Eggiwil jusqu'à Emmenmatt (251)

L'Emme depuis Emmenmatt jusqu'à Berthoud (252)

L'Emme depuis Berthoud jusqu'à la frontière avec le canton de Soleure (253)

 


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.vol.be.ch/vol/fr/index/natur/fischerei/angelfischerei/pachtgewaesser/emme.html