Domaine de recherche

Navigation


  • Deutsch


Lutte contre le smog

Le smog est caractérisé par de très fortes concentrations de polluants atmosphériques. Il résulte de l’accumulation d’émissions liée à certaines conditions météorologiques.

Impliquant une pollution de l’air très élevée, le smog a des répercussions négatives sur la santé. Les personnes souffrant de maladies respiratoires ou cardiovasculaires ainsi que les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées y sont particulièrement sensibles.  

Smog estival

Le smog estival apparaît durant les longues périodes de beau temps en cas de forte pollution à l’ozone. Il se forme sous l’effet conjugué d’un fort ensoleillement et de températures élevées, à partir des polluants précurseurs de l’ozone que sont les oxydes d’azote (NOx) et les composés organiques volatils (COV).

Les mesures locales appliquées à court terme sont souvent peu efficaces pour lutter contre le smog estival. Le concept d’intervention de la Conférence suisse des directeurs cantonaux des travaux publics, de l'aménagement du territoire et de l'environnement (DTAP) à appliquer en cas de smog prévoit donc uniquement d’informer activement la population en fournissant des conseils sur le comportement à adopter et des indications sur les mesures facultatives que chacun peut prendre. D’après ce concept, il convient de communiquer des informations détaillées à la population dès que la limite de 180 microgrammes par mètre cube (μg/m³) fixée au niveau européen est dépassée.

Smog hivernal

Le smog hivernal est essentiellement dû aux poussières fines. En cas d’inversion hivernale, l'absence de vent empêche tout échange avec les masses d’air propres situées à plus haute altitude. Les polluants s’accumulent alors dans les couches proches du sol.

Le canton de Berne prend des mesures temporaires afin de réduire à court terme les rejets de polluants atmosphériques en cas de smog hivernal. Ces mesures s’appuient sur un concept national d’intervention élaboré par la DTAP.

Le concept d’intervention de la DTAP comprend trois niveaux :

  • Niveau d’information : la population est informée de la situation et appelée à contribuer en appliquant des mesures facultatives.

  • Niveau d’intervention 1 : si les concentrations mesurées sont deux fois plus élevées que la valeur limite journalière fixée pour les poussières fines (PM10), le canton édicte des mesures interdisant de rouler à plus de 80 km/h sur l’autoroute, d’allumer des feux en plein air et d'utiliser des chauffages secondaires au bois (chauffages d’appoint tels que les cheminées ou poêles suédois).

  • Niveau d’intervention 2 : si les concentrations mesurées sont trois fois plus élevées que la valeur limite journalière fixée, le canton interdit temporairement l’utilisation de machines à moteur diesel sans filtres à particules.

Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.vol.be.ch/vol/fr/index/luft/luftreinhaltung/massnahmenplanung/smog-konzepte.html