Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Carpe

Biologie de la carpe (Cyprinus carpio L.)

Caractéristiques morphologiques

La carpe commune ou carpe sauvage, ici illustrée, est la forme primitive de la carpe. Le corps est plus allongé et moins haut que chez les carpes-miroir et les carpes-cuir, qui sont issues d’élevages. Le corps est aplati latéralement ; la bouche est terminale et protractile ; la lèvre supérieure porte quatre barbillons. 33 à 40 écailles sur sa ligne latérale. Dents pharyngiennes sur trois rangs. Nageoire caudale échancrée. Dos vert brun, flancs brunâtres avec un éclat cuivré, ventre blanchâtre. Nageoires brunâtres à vert gris, nageoires de la face ventrale souvent teintées de rougeâtre. Longévité maximale mentionnée : 40 ans, longueur maximale : 120 cm.

Distribution

Distribution naturelle et originelle seulement en Asie sous forme de trois sous-espèces. En tant que poisson d’élevage important, la carpe fut introduite dans toute l’Europe par des moines entre le 13e et le 15e siècle (élevages de carpes dans les monastères). Elle fait aujourd’hui l’objet d’un élevage intensif, surtout en Allemagne et dans certaines parties d’Europe orientale. Dans le canton de Berne, on trouve des petits peuplements de carpes dans le lac de Wohlen, de Niederried, de Bienne et dans les tronçons avoisinant l’Aar, ainsi que dans le canal de la Thielle. Des peuplements plus importants existent dans différents petits lacs.

Mœurs

Les carpes sont en général des poissons craintifs, qui attendent le crépuscule avant de quitter leur cachette entre les plantes aquatiques ou sous les berges en surplomb et partir à la recherche de nourriture en fouillant la vase du fond. La période de reproduction s’étend de mai à juillet (à une température d’au moins 18 à 20 °C) ; nombre d’œufs : 200 000 à 300 000 par kg du poids des femelles ; diamètre des œufs après la ponte : environ 1,6 mm ; les mâles développent une faible éruption cutanée sur la tête et les nageoires pectorales pendant le frai. La ponte est fractionnée et s’effectue près des rives, dans des endroits calmes, peu profonds et riches en plantes aquatiques ; l’éclosion des larves a lieu après 3 à 5 jours (60 à 70 degrés-jours). Les jeunes se nourrissent principalement de plancton, les individus âgés surtout d’aliments benthiques comme les larves de chironomes et les vers, mais aussi de matières végétales.

Techniques de pêche

En raison de leur relative rareté, les carpes ne sont que rarement recherchées intentionnellement dans le canton de Berne. Les grosses carpes, en particulier, ont la réputation d’être extrêmement malignes et leur capture exige beaucoup de patience et d’efforts. Les meilleurs périodes de pêche sont le début de matinée et la fin de soirée. Les carpes se pêchent à la ligne de fond ou au flotteur. Les appâts qui conviennent sont le pain, les pommes de terre, le maïs, les vers et les asticots, mais aussi des choses plus exotiques comme le boudin, les bouillettes ou les croquettes pour chiens.

Tailles minimales de capture et périodes de protection

Dans le canton de Berne, la carpe ne bénéficie ni d’une taille minimale de capture ni d’une période de protection ni d’une limite de capture. Toutes les autres dispositions doivent néanmoins être respectées.


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

http://www.vol.be.ch/vol/fr/index/natur/fischerei/artenfoerderung/fischarten/karpfen.html