Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Capricorne asiatique: un coléoptère particulièrement dangereux pour les feuillus

Le capricorne asiatique est introduit en Suisse avec du bois d’emballage. Il colonise les arbres sains de nombreuses essences de feuillus.

Agrandir l'image Le capricorne asiatique est introduit en Suisse avec du bois d’emballage. Il colonise les arbres sains de nombreuses essences de feuillus.

Le capricorne asiatique (Anoplophora Glabripennis, aussi appelé longicorne asiatique) est un organisme nuisible particulièrement dangereux, qui doit donc être signalé. Il s’attaque à toute une série de feuillus dans les champs, en forêt et en milieu bâti, qu’il peut faire mourir en quelques années, occasionnant ainsi des pertes économiques sévères aux régions touchées. L’abattage le plus précoce possible des arbres infestés permet de limiter la propagation de ce ravageur. Une surveillance attentive des sites menacés, des vérifications systématiques dans les régions affectées et des contrôles intensifiés aux frontières sont capitaux pour la lutte contre ce nuisible. Des chiens renifleurs spécialement dressés pour le rechercher sont également utilisés.

Importé de Chine

Le capricorne asiatique, originaire de Chine, a été introduit accidentellement avec du matériel d'emballage (en général dans des palettes en bois de qualité inférieure utilisées pour les livraisons de pierres et d’acier), tout d'abord aux Etats-Unis, puis en Autriche, en France et en Italie. En juillet 2011, il a été découvert en Allemagne (à Weil am Rhein, tout près de la frontière suisse) et peu après, dans les cantons de Thurgovie et de Fribourg. Mi-2012, un foyer d’infestation a été détecté à Winterthour, puis en août, un individu isolé a été signalé sur un chantier à Weggis.

Identification et signes distinctifs

Nul besoin d’être un spécialiste pour reconnaître le capricorne asiatique : il s’agit d’un coléoptère noir à points blancs long de 2,5 à 4 centimètres. Ses élytres sont lisses et brillants. Ses antennes et ses pattes sont annelées de taches claires aux reflets bleutés. Il colonise exclusivement les feuillus.
Le Monochamus sartor (monochame tailleur) et le Monochamus sutor sont les longicornes indigènes qui lui ressemblent le plus. Ces deux coléoptères sont toutefois mats (et non brillants) et leurs élytres sont rugueux. Leurs taches beige-jaunâtres sont moins voyantes que celles du capricorne asiatique. Enfin, ces monochames colonisent tous deux les épineux.

Lien vers les cas de confusion éventuels (PDF, 5 Mo, 1 page) (en all.)

Essences touchées

Le capricorne asiatique colonise plusieurs essences de feuillus. En Europe, il a jusqu’à présent infesté l’érable, le marronnier et le saule. Toutefois, on en a déjà découvert sur des peupliers, des hêtres, des bouleaux, des platanes et même des espèces du genre Buddleja.

Il dépose ses œufs dans des encoches de ponte en forme d’entonnoir dans le tronc et les branches et, bien que rarement, dans les racines. Les larves mangent tout d’abord le liber avant de pénétrer dans le bois. Après la nymphose, les capricornes adultes émergent de mai à juillet d’un trou circulaire de 10 à 15 mm de diamètre, et dévorent feuillage et écorce. Le rayon de vol est de quelques centaines de mètres. La durée de leur développement est, la plupart du temps dans notre pays, de deux ans.

Appel à la population : signalement des individus et foyers découverts

Nous vous prions de contacter le forestier de triage ou la Station phytosanitaire du canton de Berne (tél. : 031 910 53 30 ou info.asp@vol.be.ch) si vous trouvez un capricorne asiatique. Veuillez indiquer votre nom, adresse, n° de téléphone/mobile et courriel ainsi que fournir des indications précises (si possible les coordonnées) sur l’endroit où le coléoptère a été découvert. Il nous serait en outre précieux de disposer d’un spécimen (enfermé dans un récipient en verre) ou d’une photo (par ex. effectuée à l’aide d’un mobile).


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

http://www.vol.be.ch/vol/fr/index/landwirtschaft/landwirtschaft/pflanzenschutz/meldepflichtige_schadorganismen/Laubholzbockkaefer.html