Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Retour à l'aperçu des communiqués actuels

L’emploi dans le canton de Berne en décembre 2017 Hausse saisonnière du chômage

9 janvier 2018 – Communiqué de presse

En décembre 2017, le nombre de chômeurs a augmenté dans le canton de Berne pour s’établir à 13 826 personnes, soit 447 de plus qu’à fin novembre. Le taux de chômage est ainsi passé de 2,4% à 2,5% (Suisse : de 3,1% à 3,3%). Cette détérioration s’explique en grande partie par l’évolution observée habituellement en cette période de l’année dans le secteur de la construction. Corrigé des variations saisonnières, le chômage reste stable. En moyenne annuelle, 14 566 personnes ont été au chômage en 2017 (contre 15 283 en 2016), soit un taux moyen de 2,6% (2,7% en 2016).

La hausse du chômage en décembre s’explique en majeure partie par des variations saisonnières. Elle est la plus forte dans le secteur de la construction (+659 personnes). Dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration, le nombre de chômeurs a baissé grâce au début de la saison hivernale (-263).

Corrigé des variations saisonnières, le chômage est resté stable. D’après les calculs du beco Economie bernoise, son taux s’est établi à 2,3%, En début d’année, il s’élevait à 2,7% (lire les explications dans l’encadré).

Le chômage est en recul dans les arrondissements administratifs de l’Oberland, où le tourisme occupe une place importante, alors qu’il est en hausse dans les autres. L’augmentation la plus marquée touche la région du Jura bernois, à dominante industrielle. A la fin du mois dernier, le taux de chômage allait de 1,5% (Frutigen – Bas-Simmental et Interlaken-Oberhasli) à 3,9% (Bienne).

Fin décembre 2017, le canton de Berne comptait 2810 chômeurs de moins que l’année précédente à la même époque.

Emanant essentiellement de l’industrie, neuf demandes de chômage partiel ont été déposées pour 73 personnes (contre 12 demandes pour 242 personnes en novembre).

Des informations complémentaires sont en ligne sur www.be.ch/donnees-economiques

Nota bene

La correction des variations saisonnières permet d’étudier l’évolution conjoncturelle des chiffres du chômage en éliminant des statistiques mensuelles les influences saisonnières habituelles. Ces variations saisonnières sont liées par exemple aux conditions climatiques (hôtellerie et restauration, construction) ou au calendrier institutionnel (fin des formations, jours fériés, vacances).

Retour à l'aperçu des communiqués actuels


Informations supplémentaires



Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

http://www.vol.be.ch/vol/fr/index/direktion/ueber-die-direktion/aktuell.html